Retour
Listes des fiches
ven15déc

Pièce de théâtre Porto Vecchio | Centre Culturel Communal 21 h 00

Porto Vecchio

Vendredi 15 décembre 2017 à 21 heures « La Passion Maria Gentile »

En 1769, La République de Gênes cédait la souveraineté de la Corse à la France. Voltaire écrivait : « Il restait à savoir si les hommes ont le droit de vendre d'autres hommes ; mais c'est une question qu'on n'examinera jamais dans aucun traité ». 
Comme souvent, Voltaire avait raison : que cette question n'ait jamais été examinée s'est vérifié sans désemparer depuis le XVIIIème siècle.En 1769, Maria Gentile n'avait pas vingt ans. Elle habitait Oletta, un village du Nebbiu, cette région du nord de la Corse, qui doit son nom au brouillard. Elle était fiancée à Ghjuvan Guidoni.
Comme chacun sait, la Corse perdit la guerre qu'elle livrait à la France. La dernière bataille eut lieu à Ponte-Novu, le 8 mai 1769. 
Durant l'hiver précédant Ponte-Novu, le Maréchal de Vaux installa le gros de ses troupes – soit plus de vingt bataillons auxquels il faut ajouter la cavalerie-, dans la plaine d'Oletta. Une conspiration fut dénoncée. Les conspirateurs, dont le complot n'avait pas vu le jour, furent arrêtés. Ils étaient cinq. On connaît leurs noms : Don Petru Leccia, Francescu-Antone Santamaria, Ghjuvan-Domenicu Cermolacce, Ghjuvan Guidoni, le fiancé de Maria Gentile, et Ghjuvan-Camellu Guidoni, son frère. 
Le procès se déroula à Bastia. La paix était signée depuis quelques mois, mais ils furent condamnés pour crime de lèse-majesté. Cela signifie qu'ils subirent la petite et la grande question et furent roués vifs. On dit aussi qu'ils furent pendus. 
Cette cruauté n'eut pas l'heur de satisfaire entièrement les vainqueurs. Ils l'aggravèrent de celle, inouïe, de l'interdiction de donner aux morts une sépulture. Ceux qui tenteraient de passer outre à cet ordre inique furent avertis : ils subiraient le même sort que les condamnés. Au péril de sa vie, Maria Gentile donna une sépulture à son fiancé, à son amour - u so caru. 
Sans doute touché par la noblesse du geste de Maria Gentile, le Maréchal de Vaux gracia la jeune fille. 
Le couvent d'Oletta fut le théâtre de cette tragédie. Le martyre de ces hommes est rappelé par une petite plaque, déposée sur l'un de ses murs.

Renseignement et billetterie au 04.95.72.18.18

Plein tarif : 20€ - Tarif réduit : 15€

Pièce de théâtre Ajouter à vos favoris
-